News

20.10.2013

Union Européenne/Birmanie: Il faut prendre en compte la société civile!

L’Union européenne (UE) doit refléter ses engagements en faveur la société civile  dans le cadre de sa politique d’engagement en Birmanie,  a déclaré une alliance d'organisations de défense des droits de l'homme avant le lancement du groupe de travail commun entre la Birmanie et l’UE (EU-Myanmar Joint Task Force). Dans une lettre adressée à  Catherine Ashton, les organisations exhortent la Haute représentante de l’UE pour les affaires étrangères « à veiller à ce qu’une véritable participation de la société civile soit garantie dans tous les domaines de compétence du groupe de travail ».
 
La politique de l’UE à l’égard de la Birmanie confirme attacher  « beaucoup d'importance à la participation de la société civile à la mise en place des institutions qui seront nécessaires à une démocratie moderne et ouverte à tous. ».  À cette fin, l’UE souhaite  « recourir à l'aide des ONG locales et étrangères, dans la mesure du possible » et soutenir les interactions entre l'État et la société civile.
 
Ces engagements n’ont pour l’instant pas été respectés. Des échanges avec les ONGs et les activistes en Birmanie laissent à penser que l’UE n’a en effet pas réussi à tenir informer la population birmane quant à ses politiques et ses projets, ni à l’impliquer comme il se doit.
 
 « Alors que l’argent des bailleurs inonde le pays, l’UE devrait reconnaitre que sa valeur ajoutée n’est pas seulement d’apporter des financements supplémentaires, mais plutôt de faire participer, d’accompagner et de soutenir politiquement l’existence d’une société civile indépendante et vibrante », indique la lettre adressée à Catherine Ashton.
 
 « Actuellement, l’UE cherche à normaliser avant tout ses relations avec le gouvernement birman, en dépit de ses engagements pris envers la société civile. Cette perception, à tort ou à raison, décrédibilise les politiques européennes dans le pays, maintient la société civile en dehors des processus politiques pour finalement affaiblir ses chances d’évolution vers une transition démocratique » précisent les organisations avant de conclure,  « le groupe de travail conjoint entre la Birmanie et l’UE constitue une formidable opportunité pour réajuster l’approche  verticale de l’UE ».
 
La réunion inaugurale du groupe de travail commun entre la Birmanie et l’Union européenne se tiendra à Rangoun et Naypyidaw en novembre prochain, en présence de Catherine Ashton,  Haute représentante de l’UE pour les affaires étrangère, du Commissaire Andris Piebalgs, de Dacian Ciolos, et du représentant de l’UE pour les droits de l’homme, Stavros Lambrinidis.
 
Les organisations signataires de la lettre sont basées en Europe, et travaillent étroitement avec la société civile birmane pour s’assurer que les politiques européennes concernant la Birmanie se basent sur les préoccupations des populations locales et assurent la promotion de la démocratie et des droits de l’homme.
 
(Communiqué publié par INFO BIRMANIE-France)

 

18.10.2013

Communiqué des Parlementaires ASEAN pour les Droits de l'Homme

Aung San Suu Kyi and EU Parliament urged to place human rights, anti-Muslim violence at the top of the agenda of European visit

BANGKOK – (October 16) Legislators from across Southeast Asia today called on Aung San Suu Kyi and European Parliamentarians and leaders to use the National League for Democracy (NLD) leader’s visit to Europe to secure greater commitments to tackle persistent human rights concerns in Myanmar, and draw particular focus on growing sectarian conflict and anti-Muslim violence there.

“The underlying tensions that stem from discrimination against ethnic and religious minorities pose a threat to Myanmar’s democratic transition and stability,” said ASEAN Parliamentarians for Human Rights (APHR) President and Indonesian Member of Parliament Eva Kusuma Sundari.

“There exists an urgent need to address anti-Muslim violence that has spread throughout Myanmar. Calls for action have so far fallen on deaf ears and as fellow parliamentarians in ASEAN, we have consistently offered to contribute in any way possible to help the people of Myanmar resolve this dangerous situation: many of our peers in Europe also feel the same.”

APHR understands that the European Union is in the process of drafting a resolution on the human rights situation in Myanmar to be put before the United Nations General Assembly next month. ASEAN parliamentarians stand behind the effort to again raise important human rights concerns in Myanmar whilst also recognising the political advances made as the country continues its transition to democracy.

Since being elected to Parliament in 2012, Aung San Suu Kyi has come under criticism for failing to tackle serious human rights concerns in her country. But as the de-facto leader of the opposition in Parliament, who also holds considerable sway and respect overseas, she is in a unique position to help broker offers of assistance to the Burmese government, with whom she has developed an effective working relationship, APHR said.

“It is of vital importance that the UN General Assembly resolution on Myanmar not gloss over the great failures of this transition so far: there have been many political advances but the government has systematically failed to improve on almost all of the concerns raised in the UN General Assembly resolution passed in 2012. It’s sincerity in tackling human rights abuses, unfortunately, remains questionable,” said Kraisak Choonhavan, APHR Vice-President.

“Daw Suu and political leaders in Europe must engage with the Myanmar government and ASEAN, through the UN and other international instruments. Thein Sein must be pushed to produce immediate and tangible improvements. Cowered by the threat of the return of military dictatorship and enticed by economic opportunity, the world is allowing ethnic cleansing to take place under its nose. It must stop here. We are all accountable: Daw Suu, Jose Manuel Barossa, David Cameron… everyone.”

Anti-Muslim violence, fuelled by nationalist-Buddhist extremism, has spread throughout Myanmar. On many occasions, security forces have failed to protect Muslim communities from targeted arson attacks and rioting mobs.

The majority of an estimated one million Rohingya Muslims are effectively denied access to citizenship through the controversial 1982 Citizenship Act. The UN General Assembly should press the government of Myanmar to improve access to humanitarian aid to tens of thousands of internally displaced persons across Myanmar, particularly those in Kachin, Shan and Rakhine states, APHR said.

The UN General Assembly must also press the Myanmar government to amend the 1982 Citizenship Act to bring it in line with international standards and to lift all abusive restrictions on ethnic and religious minorities, including Muslims, the organisation of parliamentarians from across ASEAN said.

APHR has received credible reports of continued harassment, arrest and torture of Rohingya populations by state security forces. Some 140, 000 displaced men, women and children are living in makeshift camps with little access to food, healthcare, education and other basic rights and services. Their movement remains restricted and therefore they cannot work to provide for their families, and they are being prevented from returning to the sites of their homes which were destroyed by mobs during communal unrest. Instead, the government is keeping them in camps while developing plans to move them to new areas, segregated from other communities. Also, judicial proceedings in other regions following ant-Muslim riots in Central Burma this year also point to institutionalised racism, with widespread arrests and disproportionately harsh sentences for Muslims.

Aung San Suu Kyi is on her third visit to Europe since being released from house arrest in 2010. She is scheduled to meet officials at the European Parliament in Strasbourg France, before visits to Luxembourg, Belgium, Italy, England and Northern Ireland. The Burmese pro-democracy icon and politician made her first trip overseas in 24 years in June 2012, visiting Thailand and several European countries, including Switzerland, Norway, Ireland, Britain and France.

###

ASEAN Parliamentarians for Human Rights is a human rights intervention force of like-minded parliamentarians using our unique positions and innovative means to prevent discrimination, uphold political freedom and promote all human rights. We support the work of civil society and human rights defenders and encourage sustainable and alternative solutions that increase pressure on international, regional and multilateral bodies and governments to ensure accountability to the people and uphold and enforce international human rights laws. 

10.10.2013

L'UE doit veiller à ce que les violations des droits de l'homme soient mises en lumière dans la prochaine résolution sur la Birmanie

Les membres du Réseau européen pour la Birmanie se félicitent de la décision de l'Union Européenne (UE) de renouveler la résolution annuelle sur la Birmanie de l'Assemblée générale des Nations unies (AGNU).

Cependant, nous sommes très préoccupés par le fait que l’UE ait sérieusement envisagé l'arrêt de la résolution,  alors même qu’aucune des vingt principales demandes formulées dans la résolution précédente n’a été respectée par le gouvernement birman.

Tout aussi préoccupant, il semblerait que l’UE ait pris la décision de renouveler la résolution seulement suite à des pressions extérieures provenant des États-Unis et de l'Organisation de la Conférence islamique (qui avait averti que si l’UE manquait à la rédaction, celle-ci c’en chargerait). Selon nous, la décision de l’UE aurait dû être guidée en fonction de facteurs fondamentaux, tel que les graves violations de droits de l'homme qui perdurent en Birmanie, et le fait que la Birmanie a échoué à se conformer aux 22 résolutions des AGNU précédentes.

L'UE a déjà levé les sanctions économiques et diplomatiques alors même qu’aucun des critères posés n’avait été rencontré. L'UE a ensuite ouvertement considéré l'arrêt de la résolution sur la Birmanie de l'AGNU, sans qu’aucune des principales revendications indiquées dans la dernière résolution n’ait été pleinement respectée. Cette approche incohérente nuit à la promotion des droits de l’homme en Birmanie et continue à miner la crédibilité de l'UE.  Elle perd aussi  tout levier permettant d’encourager le gouvernement birman à entreprendre des améliorations importantes concernant les droits de l'homme et des réformes démocratiques profondes et irréversibles.

S’il est important de reconnaître et d’encourager les changements qui ont eu lieu en Birmanie dernièrement, il ne faut pas minimiser ou ignorer les graves violations des droits de l’homme qui continuent et l'absence de progrès significatifs, notamment l'abrogation des lois répressives et la réforme de la constitution de 2008. Les politiques adoptées devraient se baser sur ce qui se passe dans le pays dans son ensemble, et non pas seulement à  Nay Pyi Daw et à Rangoon.

Prenant acte des réformes qui ont eu lieu depuis 2011, le contenu de la résolution de l'AGNU de 2012 était bien moins étoffé que les résolutions précédentes, et le ton adopté était beaucoup plus léger. Dix-neuf principales préoccupations sont néanmoins soulignées et environ vingt-six exigences ont été formulées en direction du gouvernement birman. Pas une seule de ces demandes n’a été pleinement respectée. Sur certains points, des progrès ont été réalisées, mais pour la plupart d’entre eux très peu de progrès ont été faits. La situation a même empiré à certains égards.

L'Union européenne doit veiller à ce que  les principales violations des droits de l'homme et les questions connexes qui ont été soulignées dans la résolution précédente et qui n'ont pas été pleinement prises en compte, soient incluses dans la prochaine résolution.

La plupart des exigences figurant  dans la résolution de 2012 se retrouvent dans pratiquement toutes les résolutions émises depuis plus de 20 ans. Beaucoup font part des violations du droit international, notamment d'éventuels crimes de guerre, crimes contre l'humanité et des violations des traités internationaux. Deux ans et demi après le début du processus de réforme en Birmanie,  il est très inquiétant de voir qu’aucun effort concret n’a été fait pour répondre aux préoccupations continuellement soulevées dans la résolution annuelle de l’Assemblée générale, notamment celles relatives aux violations du droit et des traités internationaux. La résolution de l'AGNU devrait fixer un calendrier précis pour traiter ces questions. Ce délai dépassé, les Nations-Unis devront appeler à un recours à des mécanismes internationaux pour faire respecter le droit international.

(Note: Depuis 1997, les différentes résolutions de l'AGNU ont émis au moins 20 appels distincts au gouvernement birman pour enquêter sur les violations des droits de l'homme,  ce dernier  continue d’ignorer chacune de ces demandes)

Outre les questions soulevées dans la résolution de 2012, de nouvelles violations de droits de l'homme ont eu lieu durant l’année écoulée.

Les violences contre les musulmans

L'incapacité du gouvernement à lutter contre la haine et les violences visant la minorité Rohingya a encouragé la propagation du sentiment antimusulman et des violences à travers tout le pays. Depuis le mois de mars il y a eu de nombreux incidents violents visant les musulmans, faisant de nombreux morts et des milliers de personnes déplacées. Le gouvernement a aussi échoué à prendre des mesures fortes contre ceux qui organisent les violences. Parallèlement, les forces de sécurité restent passives face aux violences,  et ne prennent des mesures que tardivement, une fois seulement que les mosquées et les maisons des musulmans sont brûlées.

Aucun effort concret n’a été fait pour faire cesser les violences ou pour  s'attaquer à leurs causes profondes. Cela  doit être abordé dans la résolution 2013 de l’Assemblée générale des Nations Unies.

Nettoyage ethnique et crimes contre l'humanité

En avril 2013, l’organisation Human Rights Watch a publié un rapport apportant les preuves d’un nettoyage ethnique et de crimes contre l'humanité contre les Rohingyas en Birmanie. Se disant résolu à ne « plus jamais » faire preuve d'indifférence face aux atrocités de masse, il est étonnant que l'Union européenne ait maintenu un silence total sur cette question. Il semblerait que son empressement à « s’engager » avec le gouvernement birman, ait rendu aveugle l'Union européenne face à des preuves de nettoyage ethnique.

Il est maintenant clair que le gouvernement birman n'est pas disposé à prendre des mesures efficaces pour prévenir les violences, et à tenir pour responsables les auteurs de ces violences. La résolution sur la Birmanie de l'AGNU devrait donc inclure la mise en place d'une enquête internationale indépendante sur les violences dans l'État d’Arakan.

Les arrestations massives et de nouveaux prisonniers politiques

Depuis plusieurs mois on assiste à une  augmentation spectaculaire du nombre de personnes arrêtées en raison de leurs activités politiques pacifiques. Il est encore plus préoccupant de noter que ces arrestations ont lieu en vertu de nouvelles lois saluées par l'UE, notamment la loi autorisant les manifestations. Il est maintenant clair que le comité chargé d’enquêter sur les prisonniers politiques ne répondra pas de façon substantielle à la question des prisonniers politiques en Birmanie.  En plus d'appeler à la libération immédiate et inconditionnelle de tous les prisonniers politiques, le projet de résolution sur la Birmanie de l'AGNU devrait  appeler à la mise en place d’un mécanisme d'examen permanent et véritablement indépendant,  afin d'évaluer si des prisonniers ont été incarcérés injustement. La résolution devrait également demander la suspension immédiate de l'application de toutes les lois répressives jusqu'à ce qu'elles soient abrogées ou révisées, afin que la Birmanie rentre en conformité avec le droit international et les standards internationaux relatifs aux droits de l’homme. La résolution devrait également exhorter le gouvernement birman à reconnaître pour la première fois que les prisonniers politiques n'auraient jamais dû être emprisonnés en premier lieu, et à fournir une compensation financière aux prisonniers politiques et à leurs familles.

Statement By Members Of The European Burma Network_OCT10 2013.pdf

05.09.2013

Spirale des violences interreligieuses : le gouvernement doit mettre un terme à l’impunité

Les violences contre les musulmans de Birmanie se propagent dans le pays : le 24 août une nouvelle explosion de violences a entraîné la destruction d’au moins une vingtaine de maisons, d’une dizaine de commerces et d’une usine, dans la région de Sagaing.

La police n’est pas parvenue à contenir la foule qui, de plus en plus incontrôlable, a continué à tirer avec des lances pierres, d’incendier et de détruire les maisons, usine, et magasins des musulmans.

Les violences ont commencé après l’arrestation d’un musulman soupçonné de tentative de viol sur une bouddhiste, dans le village de Kanbalu. Des centaines de personnes, dont des moines bouddhistes, s’étaient rassemblées devant le poste de police où il était retenu, pour demander à ce qu’il leur soit livré. Face au refus des forces de sécurité, la foule de plus en plus nombreuse s’en est pris aux biens des musulmans.

En réaction à cet événement, le moine Wirathu, bouddhiste radical et leader du mouvement nationaliste et islamophobe 969, a commenté sur sa page Facebook « Les kalars sont des fauteurs de troubles. Quand il y a un kalar quelque part, il y a forcément un problème aussi». Le mot «kalar», est un terme péjoratif, qu’il utilise pour qualifier les Rohingyas quand il ne s’agit pas de « chiens » ou de « sous hommes », comme on l’entend aujourd’hui dans le pays.

Malheureusement, cet événement, n’est pas un cas isolé. En 2012, plus de 200 personnes auraient été tuées (un chiffre officiel qui sous-estime largement la réalité) et au moins 140 000 personnes ont dû fuir les violences menées par les bouddhistes. Tout au long de l’année 2013, les violences contre les musulmans se sont propagées dans tout le pays, notamment dans la région de Mandalay, dans l’État Shan, et au nord de Rangoun. Le pays a aussi été marqué par une campagne de haine contre les musulmans, qui représentent 4% de la population mais qui sont considérés comme une menace pour l’identité birmane.

Les autorités birmanes ont montré leur incapacité à contenir cette violence, et ne semblent pas employer les moyens nécessaires pour les prévenir. L’attaque du convoi de l’envoyé spécial des Nations unies pour la Birmanie le 19 août, illustre ce manque de volonté. En visite officielle en Birmanie, Tomas Ojea Quintana devait se rendre dans un camp de réfugiés regroupant 1600 musulmans déplacés par les violences de mars dernier, mais bloqué par une foule hostile de plus de 200 personnes à Meiktila, il n’a jamais pu l’atteindre. « L’Etat a manqué à son devoir de me protéger » a-t-il déclaré, après l’événement.

Pendant son séjour, Tomas Ojea Quintana, a exprimé ses préoccupations à plusieurs reprises quant aux discriminations subies par les musulmans de Birmanie.

« Ma préoccupation principale est que la séparation et la ségrégation des communautés de l’Etat d’Arakan ne cesse de s’accentuer, cela rend tout retour de la confiance difficile », a-t-il ajouté.

Il a déclaré que les restrictions de mouvement et de liberté des musulmans des camps de déplacés internes, étaient toujours en place et que dans les camps, notamment celui de Sittwe, un grand nombre de personnes vivaient dans un espace confiné, enfermées par des barbelés et des gardes armés. Il a ainsi dénoncé les conséquences d’une telle situation sur les droits fondamentaux des personnes, et souligné leur difficulté d’accès à l’éducation, la santé, et aux moyens de subsistance.

« Je dois souligner l’obligation du gouvernement d’agir immédiatement pour contrôler la violence et le débordement des foules, et de protéger tout son peuple, sans distinction de religion ni d’origine ethnique ».

Les violences meurtrières se propagent de façon alarmante, visant à présent toutes les communautés musulmanes de Birmanie, et non plus seulement les Rohingyas.

Selon Info Birmanie « le gouvernement birman a échoué à protéger les populations vulnérables, et a instauré une culture de l’impunité extrêmement dangereuse qui entraîne de nouvelles violations des droits de l’homme. Le gouvernement birman doit mettre en place une enquête indépendante et des poursuites à l’égard des auteurs de ces terribles attaques et employer les moyens nécessaires pour protéger les populations vulnérables et les groupes marginalisés. »

Info Birmanie, appelle en outre le gouvernement birman à suivre les recommandations de M. Quintana et à coopérer pour faire cesser les campagnes de haine et les pratiques discriminatoires.

Source : www.info-birmanie.org

 

12.08.2013

De sérieux manquements d'information dans les rapports des entreprises américaines qui investissent en Birmanie

Le gouvernement américain doit s'assurer que les investisseurs américains se plient aux conditions du mécanisme de rapport de leurs activités - Actions Birmanie co-signe une lettre au Président Obama

Joint Letter to President Obama on Burma Investment Reporting Requirements.pdf
Joint Press Notice Open Letter to Obama on Burma Investment August 12, 2013.pdf